Le Cheval de la déesse des Enfers

Publié par Chef de Raid le

Le Cheval de la déesse des Enfers

Le Helhest

  • Il est le cheval de la déesse des morts de la mythologie nordique

Hel, selon Jacob Grimm. Il ne faut pas le confondre avec un Helhest, qui est un cheval fantôme dans le  germanique (Allemagne, Danemark, et Scandinavie).

Ce cheval est mentionné pour la toute première foi dans l'étude de la mythologie teutonne de Jacob Grimm. Selon ces études, un être vivant qui se meurt entend les pas du Helhest de la Déesse du royaume des morts, il serait monté par la Mort : Hel, qui vient prendre l'esprit du futur défunt. Avant de mourir, un humain entend trois claquements de sabot, avant de voir Hel (la mort) devant lui. Helhest est souvent fait avec trois jambes,

Il serait le contraire de Sleipnir, le cheval du Dieu Odin.

cheval-des-enfers

La croyance dans le « cheval de la Mort » était répandue dans toute l'Europe du Nord à l'époque de Jacob Grimm, il pensa alors que le Helhest fut la monture de la Déesse Hel dans la mythologie nordique, bien que l'on ne trouve pas trace d'un quelconque « Helhest » dans les Eddas et autres sagas, pour Hel.

L'origine de Helhest est très différente selon la même source d'étude de 1841. Cette étude met en avant deux théories sur la "naissance" du cheval de la déesse des enfers.

La première donne une origine à Sleipnir, un jour alors que le Dieu Odin avait fait la descente dans les régions infernales de Helheim, pour une très importante affaire avec la gardienne des morts, Sleipnir aurait fait des choses à une jument défunte, cela fut la conception du cheval de Hel.

helhest

Selon l'autre théorie, la Déesse des morts aurait juste pris un cheval parmi ceux que les hommes ont enterrés avec leurs riches propriétaires, un cheval digne d'être sa grande monture.

Le nom norrois de « Helhest » est traduit littéralement par « le cheval des enfers » en français. Il est toutefois difficile de savoir si le « Helhest » comme « cheval des enfers » se réfère à Hel en tant que royaume des morts ou de Hel en tant que déesse du même royaume.

Les Helhests était censé apparaître la nuit dans les cimetières, et annoncer la mort de toute personne qui le voyait, Cette légende folklorique a des origines païennes, un très ancien rite nordique souhaite la mort du cheval avec son riche propriétaire afin que celui-ci puisse se transformer en « cheval de la Mort » et revenir guider les personnes mortes sous la forme d'un fantôme.

Ils serait des guides de la faucheuse, qui fut très assimilée à la Déesse Hel dans les régions germaniques. Les Helhests furent aussi des messagers de la faucheuse Hel, car ils annoncent les morts, les maladies, et les catastrophes.

Le Livre de GRIMM

Dans son livre (l'étude de la mythologie teutonne), grimm site plusieurs proverbes germaniques anciens toujours d'actualité sous son époque. Ainsi, si quelqu'un échappait à une grave maladie, on disait communément qu'il a donné un boisseau d'avoine au cheval de la Mort.

Quand un homme échappait à la mort d'une façon miraculeuse, en disait qu'il fut un survivant de Hel, ou qu'il a acheté l'avoine à la déesse Hel. Quand la mort d'une personne fut souhaitable par beaucoup de monde, on disait qu'il est a envoyer après Hel, ou, qu'il ira bientôt sur le Helhest.

Pour finir, quand un homme marche bruyamment, on disait qu'il marche comme un cheval des enfers. Collin de Plancy cite le Helhest dans son Dictionnaire infernal, en 1845, il dira que les anciens païens ont vite perdu le souvenir de leurs Dieux, qui furent pour une large partie d'entre-eux transformer en saints, sauf Hel, qui fut la seule qui garda sa nature païenne originelle.

Plusieurs mythes et légendes du Moyen-Âge évoquent le Helhest et Hel. Voila les trois plus connues d'entre-elles...

  • Légende N°1 

Un Anglais se fait raconter une histoire étrange sur la cathédrale d'Aarhus au Danemark par un prêtre danois qui fut le témoin d'une nuit d'horreur. Alors qu'il participa à une ronde dans le cimetière au pied de la cathédrale, il vit ainsi un cheval qu'il semblait être le seul à percevoir. Il demanda autour de lui, parmis les fidèles catholiques et les prêtres de la cathédrale qui savait ce que pouvait être cet animal. Il remarqua alors qu'aucun ne souhaita répondre par une étrange peur, et celui qui répondit « le Helhest » mourut peu après. Les chrétiens ont gardés une étrange pierre païenne au pied de la cathédrale d'Aarhus, cette pierre qui, au premier coup d'oeil, n'a rien de spéciale, a en vérité des vertues magiques, car en dessous d'elle est dessous un Helhest. Il faut cracher sur cette dite pierre, pour ne pas être le futur voyageur du Helhest. Cette pierre est toujours visible de nos jours, il montre aussi que les chrétiens avais peur des dieux païens, ceux qui ne furent pas transformer en saints, ou ceux dont l'adoration reste purement païenne.

  • Légende N°2

Cela se passe dans l'ancien duché de Schleswig du Danemark, qui est depuis un territoire allemand. Un Helhest fut très détestable pour la population danoise de cette région, car en temps de peste ou de forte maladie, la Déesse Hel rôdait durant la nuit sur un cheval à trois pieds. Cela la légende par sa vengeance de l'abandon du culte ancestrale face au à la nouvelle religion chrétienne, elle répandait la maladie sur un cheval d'une couleur blanche magnifique. En signe d’impuissance du nouveau dieu adopté par ses anciens fidèles, plus les gens prient ce dieu étranger, et plus les victimes de maladie augmenta. Une phrase fut alors inventée pour l'annonce des maladies qui fut, « Hel chevauche un cheval à trois pattes et détruit les hommes ». Cette histoire fut à l'origine de la création des plus anciennes des communautés néo-païennes danoises pour calmer la Déesse des morts. Cela montre qu'en plus de l'existence d'un paganisme dans la religion chrétienne, les chrétiens avais peur que leurs anciens dieux, deviennent plus puissants que leur nouveau dieu. Hel, déesse des morts, fut le symbolisme de cette lutte entre les dieux païens et le dieu chrétien.

  • Légende N°3

Une ballade danoise du Moyen Âge parle du destin de Bedeblack. Il fut envoyé en cadeau au roi du Danemark parmi d'autres chevaux. Il s'agissait du plus beau de tous si bien qu'on ne le nourrissait « que du meilleur grain ». Lorsque le roi partit en guerre, il recommanda à sa femme de prendre bien soin de Bedeblack, mais la reine le priva de nourriture, l'empoisonna et tenta de le tuer. Car pour elle, le roi avait plus d'intérêts pour son cheval que pour elle. Le cheval s'enfuit, et le roi l'aperçut à son retour sur la rive. Le temps pour lui d'atteindre le rivage, Bedeblack était tombé, mort, sur le sable. Le cheval fut alors enterré avec tous les honneurs. Une nuit la reine manqua d'un bon sommeil, et fit une balade au clair de lune. Elle vit alors un très beau cheval, qu'elle pensa prendre pour remplacé celui qui, par sa faute, est mort. Mais ce dit cheval, l'attira dans un lieu où elle ne pouvait fuir son destin, qui fut le même qu'un pauvre cheval d'un grand roi.

D'autres articles qui pourraient vous intéresser

Tyr : Dieu de la Guerre et de la Stratégie.
Tyr : Dieu de la Guerre et de la Stratégie.
Au sommet du panthéon Nordique & Viking Le Dieu Tyr est un des Dieux Principaux de la mythologie Nordique. Bien q...
Lire l'Article
Heimdall : Le Dieu Gardien d'Asgard
Heimdall : Le Dieu Gardien d'Asgard
Le Gardien du Bifrost  Heimdall qui signifie peut-être « pôle du monde » est un dieu de la mythologie nordique et de...
Lire l'Article
Skadi : Déesse de L'hiver et des Ténèbres
Skadi : Déesse de L'hiver et des Ténèbres
La Déesse Géante Associée à la Montagne Skadi est dans la mythologie germano-nordique et l'Odinisme/Ásatrú, une géan...
Lire l'Article

Partager ce message



← Message plus ancien Message plus récent →


Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication.